FAIPrixNoteTest d'éligibilité
logo-sfr14€/moisJe teste mon éligibilité
logo-free14,99€/moisJe teste mon éligibilité
logo-bt17,99€/moisJe teste mon éligibilité
logo-orange19,99€/moisJe teste mon éligibilité
logo-red-fibre20€/moisJe teste mon éligibilité

Comparatif des offres fibre optique à Paris (FTTH et FTTLA)

Qu’en est il du déploiement de la fibre optique à Paris (75) ? Quelles sont les offres très haut débit disponibles par arrondissement, et les perspectives d’évolution du réseau dans la capitale ? Retour en détail sur l’état actuel du réseau et sur les cartes fibre à Paris de chaque opérateur.

Qui est déjà éligible à la fibre optique à Paris, et à quelles offres ?

Paris, première ville de France en matière de fibre optique ? Cela semblerait en tout cas logique vu l’intérêt stratégique et économique de la capitale pour les opérateurs. Et cela se semble se confirmer au regard des cartes fibre optique des fournisseurs internet.

En effet, la ville de Paris dispose d’une bonne couverture en très haut débit, à commencer par le réseau SFR (FTTH et FTTLA). La carte de l’opérateur ci-dessous indique les zones éligibles par arrondissement (vous pouvez zoomer pour accéder au détail par rue sur le site de l’opérateur) :

La carte fibre Paris de SFR affiche une couverture quasi totale de la capitale et des différents arrondissements. Cependant, les débits peuvent varier selon l’arrondissement considéré, notamment entre les zones éligibles FTTH ou FTTLA. Des montées en débit sur le réseau de câble coaxial ont néanmoins permis d’augmenter les débits descendants maximum dans plusieurs quartiers.

La couverture THD à Paris est également déjà très dense chez les autre fournisseurs d’accès à internet.

Orange, leader en France en terme de déploiement de la fibre optique FTTH, propose ainsi sa carte fibre Orange à Paris ci dessous ne laissant entrevoir que très peu de poches non couvertes dans la capitale.

fibre-optique-orange-paris

Concernant les débits éligibles, ils sont symétriques en théorie, mais varient dans les faits selon l’abonnement fibre Orange sélectionné (débits maximums de 500 Mb/s descendants et 200 Mb/s montants).

Enfin, Bouygues Telecom, dont le réseau propre est encore limité sur l’ensemble du territoire, dispose par contre d’un réseau FTTH très dense à Paris (sur lequel il commercialise un des abonnements FTTH les moins chers du marché hors promotions), comme le montre la carte fibre Paris de Bouygues Telecom ci-dessous.

Pour rappel, l’opérateur a la particularité de proposer des abonnements fibre optique FTTLA et FTTH, les premiers en s’appuyant sur le réseau de SFR, les seconds sur son réseau FTTH (propre ou RIP).

Quant au réseau fibre Free à Paris, celui ci est également dense sur la capitale, permettant donc de souscrire aux abonnements fibre Free dans la plupart des arrondissements. Il n’y a pas de carte Free fibre de Paris, mais uniquement une carte xDSL qui donne une idée des zones où le VDSL2 est disponible. Il reste encore quelques zones non éligibles à la fibre Free à Paris, mais celles-ci diminuent au fur et à mesure.

Paris est donc logiquement une des villes les mieux raccordées au très haut débit, au sein de laquelle une véritable concurrence entre fournisseurs internet s’est déjà installée au niveau des offres THD.

Les enjeux du déploiement de la fibre à Paris, et plus globalement en Ile-de-France

Les principaux enjeux du déploiement de la fibre optique apparaissent plutôt en dehors de Paris intra-muros, qui en tant que zone très dense a bénéficié d’un raccordement rapide et d’une intensification de la concurrence entre opérateurs.

Au niveau de l’Ile-de-France le déploiement du réseau FTTH s’avère en effet plus complexe et les investissements à mobiliser encore importants. La région Ile-de-France s’est donnée comme objectif d’être la première région complètement raccordée à la fibre optique en Europe, avec un horizon de couverture totale au plus tard en 2020.

carte-deploiement-fibre-ile-de-france

Une bonne partie de l’effort devrait être effectué par les opérateurs privés, qui se sont engagés à couvrir 89% de foyers de la région d’ici 2020. Mais le raccordement du reste des logements risque d’être plus complexe, étant donné la rentabilité moindre des zones les moins peuplées. Ces zones feront du coup l’objet d’investissements publics de la part des ollectivités, et notamment des départements (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val-de-Marne et Val d’Oise).

La carte fibre Ile-de-France ci dessus reprend ainsi les principaux acteurs du déploiement du très haut débit dans la région et les engagements de déploiement de chacun d’entre eux.

Laisser un commentaire