Accueil » Actualités » La Corse entièrement fibrée d’ici 5 ans

La Corse choisit officiellement SFR pour son RIP

Nouvelle étape d’importance dans le processus de construction du RIP fibre optique de SFR en Corse, Corsica Fibra. Cinq mois après avoir été retenu par l’assemblée de Corse, SFR s’est vu confirmer officiellement l’attribution de ce chantier.

En effet, le tabloïd corsenetinfos.corsica rapporte que la ratification de la convention de la Délégation de Service Public a été effectuée par Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif Corse et Alain Weil, PDG d’Altice-France, le jeudi 8 novembre 2018 au siège de la Collectivité de Corse.

La signature de ce contrat vient donc mettre un point final à un long processus d’appel d’offres qui a vu SFR mis en concurrence avec cinq autres candidats, dont Orange. Ce dernier et SFR sont ensuite demeurés seuls en lice pour une dernière étape de négociation exclusive qui a duré cinq mois, de janvier à mai 2018. In fine, c’est l’opérateur au carré rouge qui s’est démarqué grâce à une offre plus « pertinente », notamment sur les points de l’engagement financier et la durée de réalisation des travaux.

La baie de Calvi, en Corse

170 000 prises FTTH à installer d’ici 2023

Ainsi, SFR ou plus précisément SFR Collectivités, sa filiale en charge des travaux de RIP, devra installer la fibre optique dans toutes les zones de l’île de beauté exclues du déploiement privé. Pour reprendre les termes exacts de la DSP, l’opérateur aura à charge la conception, la construction et l’exploitation du réseau.

En ce qui concerne les travaux, ils s’étaleront sur cinq ans et permettront de connecter 170 000 foyers/locaux d’entreprises du territoire au très haut débit en FTTH. Dans les détails du calendrier prévisionnel, l’opérateur au carré rouge s’engage à équiper 10 079 logements dès 2019, puis environ 40 000 par an jusqu’en 2023. À noter que la DSP a été signée pour 30 ans.

SFR va investir 275 millions d’euros

Comme évoqué précédemment, le choix de SFR a été principalement motivé par des considérations d’ordre financières et ayant trait aux délais contractuels. En effet, SFR va financer à hauteur de 275 millions d’euros sur les 327 millions d’euros nécessaires à la réalisation de ce projet. La part du financement public ne sera ainsi que de 52 millions d’euros, dont 17,6 millions apportés par les collectivités corses et le reste (34,8 M€) pourvue par l’Etat.

La proposition de l’opérateur était donc alléchante puisqu’elle induisait un effort réduit des territoires. Ceci en plus de promettre un déploiement dans un délai réduit de 5 ans. Deux points sur lesquels Orange jouait large, demandant dix ans pour déployer et un apport public d’environ 60 millions d’euros.

Un deal entouré de garde-fous

Si l’exécutif insulaire a décidé d’accorder sa confiance à SFR, il n’en demeure pas moins sur « ses gardes ». Les précédentes expériences de ce type de contrat sur l’île ayant souvent généré des situations délicates, les autorités ont exigé de l’opérateur des garanties.

Le deal conclu entre les deux protagonistes est ainsi entouré de garde-fous dont le plus important consiste en un dispositif de contraventions « qui rend plus coûteux pour SFR de ne pas exécuter le contrat que de l’exécuter » a indiqué Gilles Simeoni, président de l’exécutif Corse.

Le montant maximal de ces amendes est fixé à 20 millions d’euros, 2 millions d’euros par an sur le volet construction et 10 millions maximum sur la phase d’exploitation. Par ailleurs, la partie corse pourra mettre un terme à la DSP si le seuil de 2 millions est atteint.

Laisser un commentaire

Envie d'un abonnement
Très Haut Débit ?

Appelez-nous !

✆ 05 87 13 10 19

⌚ On vous rappelle

Nos conseils sont gratuits : autant en profiter !

Envie d'un accès internet Très Haut Débit ?

✆ 05 87 13 10 19

Envie d'un accès internet Très Haut Débit ?

✆ 05 87 13 10 19